Le recyclage

La vie du vêtement

De la fibre au fil

Fibres Nos vêtements ne poussent pas sur les arbres… Ils sont avant tout issus de matières premières basiques, utilisées depuis des milliers d’années pour certaines, ou bien complexes et élaborées. Le développement de la recherche laisse quant à lui entrevoir pour les vêtements du futur des matières et des utilisations de plus en plus étonnantes. Avant d’arriver dans nos armoires, le vêtement est d’abord une fibre capable d’être filée puis tissée. Certaines fibres sont bien connues, d’autres un peu moins : coton, lin, chanvre côtoient laine, soie, viscose, caséine (protéine issue du lait), polyester ou encore élasthanne.

Tissage d’un parcours

Cette matière première doit subir de nombreuses transformations avant de devenir le t-shirt que vous portez.

1. Production de la matière première : des fibres au fil.
2. Production de l’étoffe : du tissage à l’ennoblissement.
3. Confection du vêtement : du dessin à la couture.
4. Distribution : de l’atelier de confection au consommateur.
5. Utilisation : porter, laver, repasser, réparer son vêtement.
6. Fin de vie : destruction ou recyclage.

Cycle infini

En fin de vie, le vêtement quitte le circuit de consommation pour être envoyé vers les filières du recyclage.

Pull recyclage

Entrée en matière

Dès 1777, Antoine Lavoisier explique : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. ». Cette observation peut être faite aisément dans la nature, avec le cycle de vie des végétaux et de leur décomposition. De même, l’homme a compris qu’il pouvait entrer dans un cycle plus naturel de consommation et recycler les produits qu’il fabrique. Les applications faites aux textiles sont variées, allant de procédés anciens tels que l’effilochage à des projets plus innovants.

Les textiles pouvant être réutilisés tels quels constituent plus de la moitié de ce qui est récupéré. Le reste est trop abîmé pour être redirigé vers les utilisateurs. Les filières classiques développées, à savoir le recyclage mécanique et le recyclage chimique, visent un retour à la matière première. Les vieux textiles sont retraités pour entrer à nouveau dans la filière textile ou dans une filière connexe.

Schéma cycle

 

Le recyclage mécanique comprend :

  • Le découpage
  • L’effilochage
  • Le broyage
  • Le défibrage

Le recyclage chimique concerne les fibres synthétiques. Un procédé de dissolution transforme les fibres en molécules (dépolymérisation), puis ces molécules sont transformées en nouvelles fibres (repolymérisation) pouvant être retissées. Le recyclage chimique reste peu développé en Europe. On le retrouve essentiellement en Asie.

Les initiatives en développement proposent d’autres applications au recyclage textile.

En France, des recherches sont en cours pour développer des projets visant à produire de l’énergie à partir des TLC usagés, tels que la production de briquettes de chauffage à partir des fibres naturelles, la transformation en combustible de chaudières des chutes de production textile, et la production d’un carburant, le bioéthanol, à partir du coton.

Les initiatives de réutilisation sous forme de coupons tendent à se multiplier, même si cette idée reste anecdotique avec très peu de quantités produites. Elle consiste à réaliser de nouveaux tissus sous forme de patchworks à partir de coupons découpés dans les pièces de vêtements encore en bon état. Les débouchés pourront se faire dans le secteur de l’habillement, de l’ameublement ou de la décoration.

Les rebuts du tri pourront alimenter l’industrie de la cimenterie en énergie, permettant d’économiser des énergies fossiles. Les rebuts sont broyés, purifiés puis mélangés à des déchets plastiques pour former des granulés qui remplaceront le charbon dans les fours. Ce débouché mérite d’être développé en tant que solution alternative au traitement par enfouissement ou incinération  du déchet ultime constitué par les rebuts de tri des TLC.

Arrondi bas
Carte des boites où déposer vos vêtements.

Environ 55% des déchets textiles collectés peuvent être réutilisés en l'état. Revendus sur le marché de l'occasion ou donnés aux plus démunis, ils connaîtront une seconde vie.

Retour en haut de page ?